Rechercher

Paiement

Newsletter

Recherche dans le blog

Articles dans la catégorie "Services lapidaires"

RSS

Services lapidaires

 

Taille et polissage au tonneau


Les pierres taillées au tonneau

 

Les déchets de taille ou de sciage, les gemmes, les pierres précieuses et pierres fines, les petits galets trouvés dans les alluvions d'anciennes rivières et sur les plages peuvent, dans le cadre de matières médiocres en qualité, être soumis à une taille au tonneau polisseur à l'aide d'abrasifs de différentes granulométries, permettant d'améliorer leurs formes et leur polissage. Ce polissage améliore sensiblement l'apparence des pierres ornementales. Arrondies irrégulièrement dans leurs gisements par une érosion naturelle, elles trouveront des formes aux surfaces polies miroirs. Les tonneaux polisseurs employés par l'atelier de Gemmes-Pierres.com pour les pierres permettent des réalisations aux diverses formes baroques de longueur et de diamètre plus ou moins grand, de forme hexagonale ou ronde de manières à permettre aux pierres de «rouler» les unes sur les autres, permettant ainsi une usure régulière grâce aux divers agents abrasifs intimement mélangé avec de l'eau. Cette technique simple d'utilisation nécessite peu de connaissance, les pierres placées dans le tonneau à polir avec l'agent abrasif et l'eau sont soumises à une rotation régulière entrainée par un moteur de faible puissance sur 2 axes parallèles, tournant dans le même sens. Le polissage peut avoir une durée de 2 à 8 semaines suivant la dureté et la fragilité des gemmes et sont destinées à la fabrication des montages divers ( bagues, rangs,) mais aussi à la vente grossiste sur paris et l'internationale.

 La taille des cabochons

 

la taille des cabochons

 

C'est la taille la plus ancienne dans l'histoire, pratiquée déjà en Mésopotamie et en Egypte, la plus employée pour les pierres opaques ou translucides. Le matériel permettant leurs réalisations peut être fait sur des meules verticales à circulation d'eau, soit en carborundum (carbure de silicium), soit plus proprement sur meules diamantées. Sa partie supérieure est arrondie et sa partie inférieure au-dessous de sa «ceinture» plate ou légèrement convexe. Elle reste utilisée pour des gemmes de qualité permettant l'approvisionnement de la bijouterie fantaisie mais parfois employé dans le cadre de la joaillerie de luxe pour des pierres précieuses tels que saphirs, rubis ou émeraudes qui présentent des inclusions trop significatives à la taille de facettes. Il n'en reste pas moins que certaines tailles cabochons rivalisent avec des formes aux chatoiements exceptionnelles de certaines variétés de gemmes taillées à facettes qui ne serait pas permise (par exemple l'opale). La taille de cabochons peut être exécutée de diverses formes : ronde, rectangle, carré, ovale, pentacle, trapèze,… Une taille légèrement bombée se dit «suifée» avec cette voussure adoucie sur les angles suivant la forme désirée, généralement réalisée sur des onyx noires ou de couleur dans la réalisation de «tâches» permettant le rehaut des mises en pierres des diamants et des gemmes pour la haute joaillerie (exemple : «Panthère» (Cartier), «Caméléon» (Gemmes-Pierres),…).

 

La taille à facettes

 

la taille des facettes

 

La taille à facettage est une méthode et l'opération qui consiste à tailler sur des gemmes de petites surfaces planes, les facettes. Bien plus complexe que les précédentes notions de taille décrites dans les autres paragraphes, cette technique est faite de précision, d'expérience et d'une grande habilité dans l'utilisation du matériel utilisé. Réservé principalement aux gemmes (pierres précieuses et fines) de qualité en transparence et translucidité, sa mise en forme (préforme) nécessite plusieurs opérations séparant la partie du haut, «la couronne», de la partie du bas, «la culasse», avec un rapport dont les proportions doivent diviser la gemme de telle manière à obtenir une couronne au tiers de l'épaisseur de la pierre et aux deux tiers pour la culasse, la position du «rondiste» ou «ceinture» restant le plus grand diamètre de la gemme dans son ensemble. Pour ses travaux de taille, le lapidaire de Gemmes-Pierres.com se sert de facetteuses plus ou moins modernes et anciennes dont les principes de tailles sont les mêmes. Le métier est largement représenté dans sur le musée de St Claude dans le Jura, Ht lieu de taillerie.

L'inclinaison des facettes est donnée à l'aide de l'outil indépendant «étui mécanique» ou «bras de taille» sur la meule horizontale de taille endiamantée.La longueur et la grandeur des facettes obtenues grâce aux divisions et subdivisions des «vis tricheuses».Passage des facettes de l'une à l'autre par rotation de l'étui mécanique sur la «règle de l'évention».

«Le tableur» permettant la taille préparatoire de la «table de la couronne».Synonimes et définition des diverses inclusions les fissures, soies, canaux, crapauds minérales de premières générations, paragénèse,… apparaissent à l'intérieur de la pierre gemme indiquant parfois des clivages possibles.Ces fissures qui déprécient les gemmes et pierres précieuses sont souvent le résultat dû à un choc.

Le lapidaire doit connaître parfaitement ces possibilités de clivage. Depuis le dernier siècle, des scies diamantées avec des systèmes de contrepoids et d'avance automatique permettent moins de déchets et de conserver les gemmes intactes après cette opération de dégrossissement des pierres précieuses brutes.Nos prédécesseurs avaient eux l'habilité et la technique du clivage «au burin» qui n'était autre qu'une lame coin permettant la séparation des parties à conservées et des parties stériles d'une gemme. Le risque devenu grand, la méthode du sciage est de nos jours la plus utilisée.

La topaze possède un seul plan de clivage, tandis que le diamant en possède plusieurs.

 Dureté et échelle de Mohs. La découverte du test par rayures comparatives fût faite par le minéralogiste viennois Frédéric Mohs au XIXième siècle (1773-1839).Cette résistance plus ou moins grande aux divers minéraux et pierres précieuses est un barème relatif qui permet la détermination d'un minéral rayé par un autre minéral de plus grande dureté.Pour cette échelle, Mohs donna un tableau de 10 échantillons de résistance différente numérotés de 1 á 10. Son emploi comparatif permet de connaître la dureté des gemmes et des minéraux de duretè identique.

1,0 Le talc dont le minéral est la stéatite.

2,0 Le gypse

2,5 Le sel gemme (l'ongle)

2,5 Ã 3,0 L'or, l'argent, le cuivre

3,0 La calcite

3,5 à 4,0 La dolomite

4,0 La fluorine, l'aragonite (le bronze)

5,0 L'apatite

5,5 (le verre et l'acier standard)

6,0 L'orthoclase

6,5 (l'acier trempé)

6,0 à 7,0 Le zircon

7,0 La quartz

7,5 La tourmaline

8,0 La topaze, le béryl

9,0 Le corindon

10,0 La diamant

L'histoire de la taille à travers les âges


l'histoire de la taille

 Symboles de puissance, les pierres ont toujours suscité l'intérêt de l'homme à travers les âges en leur attribuant des pouvoirs dont la couleur et l'éclat le fascinèrent.Dans les temps anciens, l'homme privilégiait le pouvoir magique et surnaturel des gemmes et des pierres précieuses, leur conférant un aspect religieux.Cette période marque un tournant dans l'histoire de l'homme, par le besoin de se parer de pierreries gemmes et de bijoux, d'embellir ses habits d'ornements sertis de pierres taillées de couleurs.La plupart des gemmes et pierres taillées de cette époque étaient sans doute présentées à leurs états bruts, trouvés ça et là dans le lit des alluvions et rivières tout au long de leurs voyages.Ce n'est que bien plus tard, au XIIième siècle que la découverte de la taille permettra de mettre en valeur la transformation des gemmes.

 

Pendant des siècles, la taille lapidaire resta un secret corporatif transmis par l'enseignement du Maître, parallèlement au métier de paysan, première source de revenus dans les contrées des hauts plateaux du Jura et de la Suisse.L'éducation au métier de lapidaire des pierres précieuses était rude et dure, travaillant dans des tailleries contruites en bois aux abords des rivières permettant d'actionner des meules sablées de grands diamètres.Le lapidaire vivait dans un endroit hostère dénuée de confort, peu envié et analogues aux métiers de couteliers et de mineurs.Allongé sur le ventre devant cette meule de 3 mètres de diamètre et d'une épaisseur de 1 mètre, les tailleries permettaient sur chaque poste de placer 3 à 4 ouvriers pendant 12 heures de temps, travaillant des pierres précieuses et fines au contact de la meule.Depuis, les techniques et les avancées du matériel et de l'équipement diamanté utilisé par les professionnels de la taille des pierres précieuses et fines, permettent aux lapidaires et aux diamantaires, d'êtres les garants d'un savoir faire leur permettant de transformer une gemme en bijou-joyau de la nature.Le monde paysan du Haut Jura, disponible pendant les périodes hivernales, permis de trouver une source suffisante de main-d'œvre. La proximité des cours d'eau nécessaires pour l'entrainement des meules par force motrice fit de ce dèpartement un haut lieu propice au développement des activités lapidaires et diamantaires.Au XVIII ème siècle, les lapidaires et diamantaires de Paris qui, suite à la révocation de l'Edit de Nantes, s'installèrent en Suisse.Proche de la frontière franco-suisse, leurs passages obligés pour arriver sur Genève, ils confient certains travaux aux paysans jurassiens, qui ont acquis rapidement une grande dextérité grâce notamment à la fabrication d'objets pour les pèlerins, la taille des rubis calibrés des boitiers de montre pour l´industrie horlogère suisse.Au XIX ème; siècle, Saint-Claude devient capitale mondiale de la taille du diamant. En plein essor au début du XXième siècle, ce village de montagne employait jusqu'à 4000 ouvriers lapidaires et diamantaires.

Minutie, patience et concentration sont les principales caractéristiques de la profession de lapidaire. La taille et le polissage des pierres de couleurs pour en rehausser la lumière et la couleur, pour en éliminer les imperfections et les défauts, ont pour effet de faire ressortir toute la brillance suivant des critères physiques et mathématiques que seul le lapidaire sera apprécier et mettre en valeur. Ses outils, aux noms parfois évocateurs («évention» pour éventail ou encore «tableur» pour table) sont souvent fixés sur un établi réalisé en bois d'épicéa, essence courante dans leurs montagnes placé dans leurs lieux de vie près d'une fenêtre. Certains de ces établis étaient de vraies œvres d'art populaires sculptés avec grand soin parfois dans des essences plus nobles (chêne, hêtre, frênes, noyer), des symboles prenaient place dans certains endroits de l'établi (évidement sur les côté en forme de cœur, pique,…).Le diamantaire, lui, ne taille que le diamant, minéral le plus dur, qui ne peut donc être taillé que par lui-même et nécessite une force motrice plus puissante et un appareillage sensiblement différent.

Les différents types de taille

 

 les formes de tailles des pierres précieuses

 

Panier  

Aucun produit

0,00 € Expédition
0,00 € Total

Panier Commander

Promotions

Pas de promotion actuellement